L’autre liste des 14 caractéristiques (et son envers)

Voici une autre liste de quatorze caractéristiques qu'un enfant-adulte provenant d'une famille dysfonctionnelle ou alcoolique peut avoir. Si vous vous identifiez à l'une ou plusieurs de ces caractéristiques, il y a de fortes chances que le Mouvement EADA soit pour vous :
  1. Pour cacher notre peur des gens et notre crainte de l’isolement, nous devenons, de façon tragique, de vraies figures d’autorité qui effraient les autres et les poussent à se retirer.
  2. Pour éviter de nous perdre dans des relations compliquées et inextricables, nous devenons très rigides dans l’autosuffisance. Nous méprisons l’approbation des autres.
  3. Nous effrayons les gens avec notre colère et la menace de nos critiques dénigrantes.
  4. Nous dominons les autres et les abandonnons avant qu’ils nous abandonnent, ou nous évitons complètement les relations avec les personnes dépendantes. Afin d’éviter d’être blessés, nous nous isolons et nous nous dissocions, ce qui nous amène à nous abandonner.
  5. Nous vivons notre vie du point de vue d’un bourreau; aussi, dans nos relations importantes, nous sommes attirés par les gens que nous pouvons manipuler et contrôler.
  6. Nous sommes irresponsables et égocentriques. La vision prétentieuse de notre valeur et de notre importance nous empêche de voir nos déficiences et nos défauts.
  7. Lorsque les autres tentent de s’affirmer, nous les amenons à se sentir coupables.
  8. Nous refoulons notre peur en l’étouffant et en y demeurant insensibles.
  9. Nous détestons les gens qui « jouent » à la victime et supplient d’être sauvés.
  10. Nous nions avoir été blessés et nous refoulons nos émotions, les remplaçant par l’expression dramatique de « pseudo »‑sentiments.
  11. Afin de nous protéger de l’autopunition d’avoir échoué à sauver notre famille, nous projetons notre haine de nous-mêmes sur les autres et les punissons à notre place.
  12. Nous « gérons » les immenses pertes ressenties suite aux abandons subis dans notre foyer en mettant fin rapidement aux relations qui menacent notre « indépendance » (nous ne nous laissons pas approcher de trop près).
  13. Nous refusons d’admettre qu’il y avait de la dysfonction dans notre foyer, ou avoir été affectés par la dysfonction familiale, ou encore que nous avons fait nôtres certaines attitudes et comportements destructifs provenant de notre famille.
  14. Nous agissons comme si nous étions complètement différents des personnes dépendantes qui nous ont élevés.


L’envers de l’autre liste des 14 caractéristiques

  1. Nous affrontons et vainquons notre peur des gens et notre crainte de l’isolement; nous cessons d’intimider les autres alors que nous nous servions du pouvoir et de la position que nous détenions.
  2. Nous réalisons que le sanctuaire que nous avons érigé afin de protéger notre enfant intérieur blessé et effrayé est devenu une prison; nous sommes maintenant prêts à prendre le risque de sortir de l’isolement.
  3. Avec un sens renouvelé de notre valeur et de l’estime de nous‑mêmes, nous prenons conscience qu’il n’est plus nécessaire de nous protéger en intimidant les autres par le mépris, la dérision et la colère.
  4. Nous accueillons et réconfortons l’enfant intérieur isolé et blessé que nous avons abandonné et renié, mettant ainsi fin au besoin de transposer sur les autres nos peurs d’être piégés et abandonnés.
  5. Parce que nous sommes entiers et totalement nous‑mêmes, nous n’essayons plus de contrôler les autres par la manipulation et la force, ou encore de nous les attacher en utilisant la peur, pour éviter l’isolement et la solitude.
  6. En faisant notre inventaire en profondeur, nous découvrons que notre identité réelle est celle d’une personne compétente et qui en vaut la peine. En demandant que nos défauts nous soient enlevés, nous sommes libérés du poids de l’infériorité ou de la grandeur.
  7. Nous accueillons et encourageons les autres dans leurs efforts d’affirmation.
  8. Nous découvrons, reconnaissons et exprimons nos peurs d’enfance et nous nous retirons des situations produisant une ivresse émotive.
  9. Nous avons de la compassion pour quiconque est pris au piège dans le « triangle dramatique » (bourreau, sauveur, victime) et qui cherche désespérément le moyen de se libérer de la folie.
  10. Nous acceptons d’avoir été traumatisés dans notre enfance et d’avoir perdu la capacité de ressentir. En utilisant les Douze étapes comme programme de rétablissement, nous retrouvons notre capacité de ressentir et devenons des êtres humains entiers, heureux, joyeux et libres.
  11. En acceptant que nous étions des enfants impuissants à « sauver » notre famille, nous pouvons maintenant laisser tomber notre haine de nous‑mêmes et cesser de nous punir et de punir les autres parce que nous n’en avons pas fait assez.
  12. En acceptant la réunification avec notre enfant intérieur, nous ne nous sentons plus menacés par l’intimité, par la peur d’être engloutis (par les autres) ou de devenir invisibles.
  13. En reconnaissant la réalité des dysfonctions de notre famille, nous n’avons plus à faire semblant que tout était normal ou à continuer de nier que nous réagissons encore inconsciemment aux blessures subies dans notre enfance.
  14. Nous cessons de vivre dans le déni et nous combattons nos dépendances post‑traumatiques envers des substances, des personnes, des endroits et des choses qui déforment la réalité et nous évitent de la voir.

Adult Children of Alcoholics®/Dysfunctional Families World Service Organization, Inc.
www.adultchildren.org | information@acawso.com | +1(310) 534-1815
ACA WSO Literature Distribution Center | +1(562) 595-7831
©2015 ACA WSO, Inc.
All rights reserved.